Comment accéder à l’enseignement supérieur en France ?

Pour accéder à l’enseignement supérieur en France, les étudiants étrangers doivent - s’ils ne sont pas en possession du baccalauréat français ou européen - avoir satisfait aux conditions qui permettent l’accès à l’enseignement supérieur dans le pays où ils ont obtenu leur diplôme de fin d’études secondaires.

JPEG

En Guinée Équatoriale, le diplôme de fin d’études secondaires permet l’accès à l’enseignement supérieur. La « Selectividad  » a remplacé récemment le « Madurez » dans le cadre d’une évolution de la structure et de la méthode d’évaluation de l’examen de fin d’études secondaires. Certains étudiants, qui ont terminé le cycle secondaire avant 2013, peuvent donc être titulaires du Madurez et solliciter une entrée dans l’enseignement supérieur français. Ils devront également justifier d’un niveau de compréhension de la langue française adapté à la formation envisagée.

-  Adresses internet pour des informations sur les études supérieures en France :

http://ressources.campusfrance.org/guides_etab/guides/choisir/fr/choisir_la_france_2016_fr.pdf

http://ressources.campusfrance.org/guides_etab/guides/choisir/fr/flyer_choisir_fr.pdf

http://ressources.campusfrance.org/guides_etab/guides/choisir/fr/diplomes_2016_fr.pdf

http://ressources.campusfrance.org/guides_etab/guides/choisir/fr/vivre_2016_fr.pdf

CatégoriesProcédures
a) Étudiants équato-guinéens - ou étrangers - résidant en Guinée Equatoriale titulaires d’un diplôme non-français (équato-guinéen ou autres) de fin d’études secondaires souhaitant rejoindre une université française en 1ère année. Procédure de Demande d’Admission Préalable (DAP) auprès de l’Ambassade de France à Malabo. Cette procédure particulière débute en décembre de chaque année et se termine fin janvier de l’année suivante.
b) Étudiants équato-guinéens - ou étrangers - résidant en Guinée Équatoriale souhaitant rejoindre une université française en 2ème ou 3ème année de Licence (L2 - L3), Master ou Doctorat. Procédure hors DAP directement auprès des établissements. Les demandes se font au début de février de chaque année.
c) Étudiants équato-guinéens - ou étrangers (y compris les étudiants européens) – résidant en Guinée Équatoriale (titulaires ou non du bac français) et souhaitant rejoindre l’enseignement supérieur français en 1ère année au sein d’établissements non concernés par la DAP, comme les Instituts Universitaires de Technologies (IUT), les STS, les Classes Préparatoires aux Grandes Écoles… Procédure d’Admission Post-Bac (APB) mise en place par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) pour simplifier les démarches des candidats voulant rejoindre en 1ère année un établissement français pour préparer une Licence, un DUT, un BTS-BTSA ou une CPGE, etc...

1) LA PROCEDURE DE DEMANDE D’ADMISSION PREALABLE (DAP)

Pour s’inscrire en premier cycle dans une université, une Demande d’Admission Préalable (DAP) est obligatoire pour les étrangers titulaires d’un diplôme étranger de fin d’études secondaires.

Sont dispensés de cette procédure et peuvent donc présenter directement une demande d’inscription à l’université de leur choix, les étudiant(e)s étranger(e)s :

• titulaires du baccalauréat français, européen, franco-allemand ou international (ou d’un titre admis en dispense
par une réglementation nationale),
• candidats ayant la nationalité d’un des pays de l’espace économique européen ou de la Confédération suisse,
• venu(e)s en France effectuer des études dans le cadre d’un accord inter-universitaire si ce dernier le précise
(dans ce cas il mentionne également les modalités spécifiques d’inscription),
• boursier(e)s du gouvernement français, d’organismes internationaux ou de gouvernements étrangers dont les
bourses sont gérées par un organisme français agréé,
• apatrides ou réfugié(e)s politiques titulaires de la carte de l’OFPRA (Office français pour les réfugiés et les
apatrides),
• enfants de diplomates en poste en France et y résidant eux-mêmes.

 Auprès du Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France à Malabo :

• Vous souhaitez être admis en premier cycle (licence 1) et vous avez un diplôme de fin d’études secondaires ? Entamez la procédure en novembre de l’année précédant votre rentrée et suivez les instructions.

• Si vous n’êtes pas titulaire du bac français mais titulaire ou futur titulaire d’un équivalent étranger à l’examen, et que vous n’habitez pas en France : il faut faire une Demande d’Admission Préalable (DAP).

Retirez un « dossier blanc » auprès du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France. Vous devez le remettre dûment renseigné et complété auprès du même service dans les délais impartis (habituellement aux environs du 20 janvier).

Dans le dossier de DAP, vous pouvez choisir par ordre de préférence trois universités.

 Auprès de l’Institut français – ICEF de Malabo :

Dans le cadre de cette procédure, un examen est prévu, organisé par le Centre international d’études pédagogiques (C.I.E.P.), pour évaluer la compréhension écrite et orale de la langue française et pour apprécier l’expression écrite des candidats. Cet examen est payant (68 euros) et a lieu à l’Institut français – ICEF de Malabo, généralement en février.

Sont dispensés de cet examen :
• les ressortissants des États où le français est langue officielle,
• les étudiants étrangers issus des sections bilingues françaises figurant sur une liste établie conjointement par
les ministères de l’éducation nationale et des affaires étrangères,
• les titulaires du DALF (diplôme approfondi de langue française, niveaux C1 et C2 du Cadre européen commun
de référence) et les titulaires du DELF (diplôme d’études en langue française) niveau B2,
• les candidats qui ont passé le test organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (C.C.I.P.) et ont
obtenu la note de 14/20 à l’épreuve d’expression écrite.
Réponses des universités :

Avant la fin du mois d’avril, la première université de votre choix vous fera savoir si vous êtes admis. En cas de refus, elle transmettra votre dossier à la deuxième université qui vous donnera sa décision à la mi-mai.
En cas de refus de la deuxième université, cette dernière transmettra votre dossier à la troisième université qui vous donnera sa décision à la mi-juin.

Si vous êtes admis :

• effectuez les démarches d’obtention d’un visa étudiant long séjour auprès de la Section consulaire de l’Ambassade de France,

• confirmez votre inscription par retour de courrier,

• procédez à votre inscription administrative auprès du Service de la scolarité de l’université. Il s’agit de compléter un dossier, payer les droits d’inscription et de sécurité sociale étudiante afin d’obtenir la carte d’étudiant.

Enfin, vous devrez procéder à l’inscription pédagogique, qui a lieu à la rentrée, sur rendez-vous, dans le département de la matière choisie. Vous choisirez les horaires de vos cours obligatoires et de vos options, ainsi que les travaux dirigés (voir l’article sur "les cours à la française") et les professeurs.

2) L’INSCRIPTION EN LICENCE 2, LICENCE 3, ET EN CYCLE SUPERIEUR (MASTER ET DOCTORAT)

Vous devez faire une demande d’inscription directement auprès de l’université au plus tard entre le 1er mars et le 30 avril. Mais le mieux reste de commencer la procédure dès le mois d’octobre de l’année précédente, car la validation de vos diplômes par les universités peut prendre du temps.

Certains établissements organisent des tests de niveau et de langue française.

Vous pouvez rejoindre un cursus en M1, en M2 ou en doctorat. Pour les M1, les demandes d’inscription sont validées par une commission de sélection réunie en juin. Pour les M2 et les doctorants, c’est le professeur responsable de la formation qui constitue les promotions sur dossier.

-  Adresses internet de la liste des établissements d’enseignement supérieur :

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20269/liste-des-universites-francaises.html

http://www.campusfrance.org/fr/espace-documentaires/informations-sur-les-etablissements/fiches-etablissements/universites

PNG
JPEG

Dernière modification : 25/05/2016

Haut de page