Formation de professeurs de français à l’Institut Français de Guinée Equatoriale – ICEF de Malabo

Du 18 au 22 avril 2016, une formation de français langue étrangère (FLE) à destination des professeurs du centre de langue de l’Institut français – ICEF de Malabo, et de professeurs des écoles publiques de Guinée Equatoriale, a été organisée par l’Institut Français de Guinée Equatoriale – ICEF de Malabo dans ses locaux. La formation a été conduite par Madame Valérie Laurent, formatrice d’un centre de formation réputé, le CAVILAM–Alliance française de Vichy, venue spécialement de France.

La formation intitulée « De l’oral à l’écrit » a réuni une trentaine de professeurs de l’Institut français – ICEF de Malabo, et d’enseignants d’établissements publics équato-guinéens, tant de la partie continentale (Evinayong, Mbini, Ebibeyin, Bata), que de l’île de Bioko (Luba, Baney, Malabo). Les établissements les plus importants de la capitale, notamment, étaient représentés (lycée Rey Malabo, lycée Bioko Norte et lycée Aneja Martin Luther King).

JPEG

La formation - préparée par le responsable pédagogique de l’ICEF, M. Bouet, en liaison avec le CAVILAM en France et le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France à Malabo (M. Bonnet, conseiller de coopération et d’action culturelle, Mme Le Clainche, attachée de coopération, et Mme Da Rocha, experte technique internationale) - a permis aux professeurs d’échanger sur leurs expériences respectives, et de revoir – pour certains de découvrir – des notions théoriques importantes, dont le cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) et l’alphabet phonétique international (API).

Axés sur le passage dynamique de l’oral à l’écrit, les ateliers ont également permis d’aborder la ponctuation, la correction orthographique, les erreurs et confusions en contexte hispanophone . Les professeurs ont expérimenté des activités de production collective et de lecture théâtralisée. Enfin, la dernière matinée a été consacrée à une réflexion autour de l’utilisation des bibliothèques et centres de ressources, parfois délaissés par les apprenants.

A l’issue de la formation, un premier bilan oral a été dressé par Mme Laurent. Les participants, ainsi que les représentants du Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade, et celui du département de français du Ministère équato-guinéen de l’Education et des Sciences, M. Fermin Felipe Ondo Masa, ont exprimé leur grande satisfaction à l’égard de cette formation qui a permis à des enseignants de français en Guinée Equatoriale, venus d’horizons différents, de faire un bilan de compétences et d’enrichir leurs capacités pédagogiques. Tous ont émis le souhait que ce type de formation se renouvelle régulièrement.

JPEG

Dernière modification : 23/05/2016

Haut de page