Rio Muni : la Guinée équatoriale renforce les mesures de contention de la COVID-19

La décision d’adopter des nouvelles mesures découlait du nombre de cas inquiétant dans les pays limitrophes de la Guinée équatoriale, qui ont déjà confirmé quatorze cas de coronavirus, parmi lesquels quatre cas sont de transmission locale. Dans ce contexte, S. E. Teodoro Nguema Obiang Mangue a à nouveau convoqué les membres du gouvernement faisant partie du comité politique pour renforcer les mesures de contention contre la Covid-19 dans notre pays.

« Suite à l’augmentation de nouveaux cas positifs enregistrée actuellement dans le territoire national, j’ai considéré nécessaire la convocation de cette réunion pour ajouter plus de mesures de prévention en plus de celles prises déjà dans notre pays », a déclaréle vice-président de la Guinée équatoriale, S. E. Teodoro Nguema Obiang Mangue en s’adressant aux personnes présentes.

Dans son souci de veiller à la santé des Équato-guinéens, le vice-président de la République a proposé aux membres du gouvernement plusieurs mesures. Il faut souligner les suivantes : le confinement dans 72 heures de tous les districts de la partie continentale pour une période de 14 jours qui peut être prolongée, car c’est la région la plus vulnérable à présent.

Le responsable de la défense et de la sécurité a également proposé d’explorer la possibilité de réduire les prix de l’électricité et du combustible, dans le but d’aider le peuple lors de la période de confinement. De même, l’approvisionnement d’articles de première nécessité et d’articles sanitaires dans les îles d’Annobon et de Corisco.

Nguema Obiang Mangue a également demandé aux responsables du ministère du Commerce de veiller à ce que les prix des articles de première nécessité n’augmentent pas de manière démesurée.

« C’est dans la région continentale où le risque est plus élevé », a admis devant la presse le Premier ministre du gouvernement, Francisco Pascual Obama Asue, « parce que dans la région continentale il y a des cas d’infection locale. Les cas qui sont apparus à Malabo sont de cas d’infection importée, c’est-à-dire, des personnes qui sont venues de l’étranger ; cependant, à Bata, à cause d’une négligence, le virus a été transmis à plus de personnes. Nous cherchons les foyers, les lieux de destination de ces personnes ou les districts auxquels elles sont allées, afin de confiner ces lieux pour que l’expansion du virus ne continue », a également déclaré le responsable de la coordination administrative du pays.

La Guinée équatoriale publiera dans les prochaines heures plus de mesures pour indiquer que dans toutes les frontières de la partie continentale du pays, dans les frontières avec les pays voisins (Rio Campo, Micomiseng, Ebebiying), doit être établi un contrôle sans faille, parce que les gens s’introduisent souvent dans les zones limitrophes de la région continentale du pays.

Depuis le début de cette pandémie, le gouvernement de la Guinée équatoriale adopte de mesures de contention qui ont été appréciées par différents pays et différentes organisations internationales.

Grâce à l’action rapide du gouvernement et à la capacité des professionnels de santé, une première patiente pourrait sortir de l’hôpital dans les prochaines 48 heures grâce à son évolution clinique favorable.

L’Afrique a dépassé lundi 30 mars 4 800 personnes infectées dans 47 pays et compte au moins 154 morts à cause du coronavirus. Des chiffres alarmants qui obligent les gouvernements africains à répondre avec des mesures plus strictes contre la COVID-19.

Dernière modification : 17/04/2020

Haut de page