Rentrée scolaire à Malabo

Lundi dernier le Lycée Français Le Concorde de Malabo a fait sa 21e rentrée depuis son conventionnement avec l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE). Nous avons rencontré M. Quentin DUVAUCHELLE, proviseur de cet établissement parmi les plus prestigieux de Guinée équatoriale.

M. Quentin Duvauchelle - JPEG

Monsieur le Proviseur, comment s’est déroulée cette 21e rentrée, quelques mois après la Célébration des vingt ans de l’établissement ?

- La rentrée a été excellente ; c’est ma seconde dans cet établissement mais je suis toujours frappé par l’enthousiasme des élèves à l’idée de retrouver leur école et leurs professeurs. J’apprécie également la bienveillance et la bonne humeur de nos parents d’élèves. Quand aux personnels, ils se sont déjà retrouvés la semaine passée à l’occasion de la pré-rentrée. Le moral est au plus haut, malgré les nombreux chantiers qui nous attendent.

Avez-vous noté une évolution en comparaison de la rentrée 2017 ?

- Oui, clairement. D’une part – et c’est assez rare pour le noter – tous les postes sont pourvus dès le 1er jour de la rentrée, avec des personnels de qualité, ce qui nous permet de commencer très sereinement l’année.

JPEG - 18.4 ko
M. Nicolas Bodou, nouveau professeur de sport et ses élèves

- D’autre part nous sommes partis en congés en sachant que nous aurions un effectif important, contrairement à la rentrée précédente où nous étions dans l’incertitude. Nous sommes donc mieux préparés.

- Cela dit, l’effectif est au-delà de nos espérances : avec ceux qui ne sont pas encore revenus mais qui nous ont bien confirmé leur arrivée imminente par téléphone, nous dépassons le chiffre de 450 inscrits de la maternelle à la terminale, pour la première fois dans l’histoire de l’établissement. C’est une augmentation de 5% par rapport à l’année précédente au même moment.

A quoi cela est-il dû selon vous ?

- Malabo fonctionne en grande partie avec le bouche-à-oreille. Il faut donc croire que les familles gardent une grande confiance en nous et la véhiculent. Les résultats aux examens – 100% au baccalauréat et au brevet -, ainsi que les événements organisés par les professeurs ont montré la qualité de notre travail et notre dynamisme. Enfin nous avons contenu pour la troisième année consécutive le montant des frais de scolarité, conscient que la reprise reste fragile dans la sous-région.

Quels sont les grands projets et les grands défis de cette année scolaire ?

- Le projet d’établissement a été adopté au mois de juin. Dans ce projet pour les 3 ans à venir, la politique de multilinguisme est notre priorité : nous voulons que chaque élève quitte l’établissement avec au moins une certification internationale, en Anglais et/ou en Espagnol dès cette année.

- Nous allons également nous préparer à la réforme du lycée, avec le nouveau baccalauréat qui entre en vigueur en septembre 2019. La suppression des filières en 1ère nous permettra vraisemblablement de garder tous nos élèves de seconde, et non seulement ceux de la filière économique.

- La réorganisation totale des activités extra-scolaires, la refonte du site internet, la création d’une seconde salle informatique, la poursuite des travaux de sécurité sont d’autres chantiers en cours.

Dernière modification : 07/09/2018

Haut de page