Un nouveau patient s’est remis d’un coronavirus à l’hôpital de Sampaca. 13 avril 2020

Le nombre de patients guéris est passé à 4 ce lundi. L’hôpital de Sampaca autorisé la sortie d’un nouveau patient de 43 ans, 26 jours plus tard, depuis son admission le 17 mars dernier. Selon le rapport médical, le patient a été admis avec les symptômes d’une toux sèche. Les autres patients admis à Bata et à Malabo restent stables, selon le comité. Au total, quatre patients se sont déjà remis d’un coronavirus dans le pays.

Mais , la situation épidémiologique pourrait se compliquer à Malabo après le dernier cas d’infection locale enregistré samedi dernier dans la capitale. "Le scénario a changé", a déclaré aujourd’hui le vice-président du comité technique, le Dr Job, alors que les médias continuent de s’interroger sur l’origine de cette infection locale, car on supposait que la situation pandémique était presque sous contrôle dans la région insulaire du pays. À la suite de cette nouvelle affaire, le sous-comité de recherche des contacts a déjà enregistré plus de 200 contacts en vue d’un échantillonnage et de tests pour confirmer s’ils sont infectés ou non.

Les deux autres cas d’importation confirmés par le laboratoire de Baney n’ont pas été négligés non plus, les deux personnes concernées étant dans le pays depuis déjà le mois de janvier dernier. Jusqu’à présent, le gouvernement et l’autorité sanitaire n’ont pas pris position. L’épidémiologiste Benito Alú a déclaré aujourd’hui qu’en dehors du fait que le gouvernement devra prendre d’autres mesures, "nous devons être plus prudents et plus attentifs".

Actuellement, 175 personnes sont en quarantaine dans tout le pays, 31 dans la région insulaire et 144 dans la partie continentale. Les frontières terrestres, maritimes et aériennes restent fermées, tandis que le nombre d’infections continue de croître dans les pays voisins. Le Cameroun est passé à plus de 803, tandis que le Gabon compte plus de 57 cas confirmés de coronavirus.

Le comité technique a commencé aujourd’hui à sensibiliser les supermarchés à l’utilisation obligatoire des masques par les employés et à la distanciation sociale. L’OMS a offert des ressources humaines pour le suivi des contacts, tant à Bata qu’à Malabo, "il convient de faire savoir comment prévenir et agir", a déclaré la représentante de l’OMS en Guinée équatoriale, et a exprimé des mots d’espoir, "l’OMS est avec vous pour vous soutenir en réponse à cette situation", a-t-elle dit. La représentation de l’OMS devrait rencontrer les ONG cette semaine au siège des Nations unies à Malabo pour voir comment elles peuvent travailler ensemble.

Dernière modification : 17/04/2020

Haut de page